CLCV Touraine | Alimentation
138
archive,category,category-alimentation,category-138,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,overlapping_content,qode-theme-ver-16.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
 

Plats à base de viande de bœuf : des choix compliqués !
156 produits décryptés !

La CLCV rend publique son enquête sur 156 plats* à base de viande. Lasagnes, ravioli, hachis parmentier,
cannelloni… l’offre est si importante qu’il est parfois difficile de faire son choix. Nous avons notamment
observé des quantités de viande de bœuf très variables, une qualité nutritionnelle à améliorer et la présence de
trop nombreux additifs et arômes.

Quantité de viande : c’est la loterie !
Nous avons constaté de grandes différences entre les catégories de plats. Les hachis contiennent en moyenne
20% de viande, soit presque 2 fois plus que les raviolis. Dans une même catégorie de produit, c’est le grand
écart : près de 60% des raviolis étudiés ont moins de 8% de viande et seulement un peu plus d’un tiers en ont
plus de 15%. Il existe donc des quantités de viande allant du simple au quintuple… pour un même type de
produit. Certains produits méritent-ils vraiment leur appellation avec seulement 4% de viande ?

Des produits bio plus chers mais ne contenant pas plus de viande
Certains produits bio, comme les raviolis en conserve, contiennent moins de viande que les produits non bio
alors qu’ils coûtent deux fois plus cher. (lire la suite)

Lire aussi le dossier de presse

Favoriser une alimentation plus saine, réduire l’utilisation du plastique dans le domaine alimentaire, améliorer les conditions sanitaires et environnementales de la production agricole, renforcer le bien-être animal… C’est ce que prévoit notamment la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous (dite « loi EGalim ») publiée au Journal officiel du 1er novembre 2018.

Parmi les mesures contenues dans cette loi, il faut retenir en particulier :

  • la suspension de l’emploi du dioxyde de titane dans les produits alimentaires (E171) utilisé couramment dans les confiseries, les desserts, les crèmes glacées, les sauces d’assaisonnement ou encore les plats préparés ;
  • la possibilité d’emporter les aliments ou les boissons non consommés dans les restaurants et les débits de boissons (avec mise à disposition par les professionnels de contenants réutilisables ou recyclables) ;
  • l’interdiction en 2020 des bouteilles d’eau en plastique dans les cantines scolaires mais aussi des touillettes et pailles en plastique dans la restauration, la vente à emporter, les cantines et les commerces alimentaires ;
  • l’obligation d’atteindre 50 % de produits locaux ou sous signe d’origine et de qualité dans la restauration collective publique à partir de 2022 ;
  • l’interdiction des produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes ;
  • le renforcement de la protection des riverains habitant à proximité des zones de traitements phytosanitaires ;
  • l’extension du délit de maltraitance animale en élevage aux activités de transport et d’abattage ;
  • la désignation d’un responsable de la protection animale dans chaque abattoir ;
  • l’expérimentation de la vidéo-surveillance dans les abattoirs volontaires ;
  • l’interdiction de mise en production de tout bâtiment d’élevage nouveau ou réaménagé de poules pondeuses en cages.

 

Rappel de produits contenant des légumes contaminés à la Listeria

L’entreprise Greenyard procède au retrait et au rappel de légumes surgelés produits entre le 13 août 2016 et le 20 juin 2018 dans un de ses sites en Hongrie. La cause : une contamination à la Listeria monocytogenes.

La commercialisation de l’intégralité des légumes surgelés produits par l’usine hongroise a été interdite. Parmi les légumes contaminés, on note du maïs, des petits pois, des haricots, des épinards et de l’oseille. L’entreprise a annoncé la fermeture du site. 80 pays seraient concernés par les retraits.

Risques liés à la présence de Listeria et symptômes de la listériose

La Listeria présente peut entraîner la listériose. Une maladie parfois grave et dont le délai d’incubation est long (jusqu’à huit semaines). Les symptômes habituels sont une fièvre plus ou moins élevée, accompagnée de maux de tête et parfois de troubles digestifs (nausées, diarrhées, vomissements). Des complications neurologiques (méningite, encéphalite) peuvent également survenir dans certains cas. Les personnes âgées, immunodéprimées et les femmes enceintes doivent particulièrement être attentives à ces symptômes. Rappelons que les conséquences de la listériose peuvent être graves pour l’enfant à naître. Pour plus d’informations sur la listériose, cliquez ici
Les consommateurs présentant ces symptômes après avoir mangé les produits figurant dans la liste de rappels suivante doivent consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation.
L’autorité européenne de sécurité des aliments, l’EFSA a fait état de 47 cas de listériose dont 9 décès sont connus à ce jour pour ce foyer de contamination. Pour plus d’informations, cliquez ici 

Quels sont les produits concernés en France ?

Il y a eu de nombreuses livraisons de ces produits en France, notamment chez Lidl, Carrefour, Auchan et Intermarché. La traçabilité des produits est complexe car les légumes entrent dans la composition de nombreuses denrées alimentaires. Les légumes commercialisés par l’entreprise Greenyard faisaient partie de la liste des ingrédients de plats surgelés mais aussi de salades, de plats préparés ou encore de taboulés,…
Il faut donc s’attendre au rappel d’autres produits dans les prochains jours. Restez à l’écoute !
Liste des produits contaminés : Document a télécharger