CLCV Touraine | Enquête prix des parkings
466
post-template-default,single,single-post,postid-466,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,overlapping_content,qode-theme-ver-16.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
 

Enquête prix des parkings

 
Enquête CLCV
 LE PRIX DES PARKINGS
 
 
Devant l’accroissement de l’étalement urbain dicté par la pression immobilière et face à l’insuffisance de l’offre de transport en commun, posséder une voiture est devenu obligatoire pour un grand nombre de consommateurs.
Les frais liés à la voiture sont nombreux et en constante augmentation (essence, assurance, entretien etc..). Parmi ces postes de dépenses le coût du stationnement occupe une place grandissante. Les politiques urbaines tendent à rendre les villes aux piétons et excluent du plus en plus la voiture de nos centres villes, pouvoir disposer d’un parking s’impose de plus en plus.
Dans une précédente enquête (le prix des parcs de stationnement – 2012), la CLCV dénonçait notamment la pratique du stationnement forfaitaire qui conduisait par exemple certains parkings à facturer quelques minutes de stationnement au coût d’une heure entière.
Cette situation a conduit le législateur à réagir. La loi Hamon a prévu au 1er juillet 2015, pour les stationnements de moins de douze heures, « une tarification par pas de quinze minutes au plus ».
En 2015, nous sommes allés enquêter auprès d’autres parkings afin de déterminer si les professionnels respectaient la loi et si ce changement n’avait pas été pour eux l’occasion d’augmenter indûment leurs tarifs.
Les 302 parkings enquêtésdans 31départements, par les militants bénévoles de notre association, nous permettent de dégager des tendances intéressantes. Au-delà de la constatation de la tarification, nous nous sommes également intéressés à la qualité de l’information délivrée aux utilisateurs.
 
 
La méthodologie de notre enquête
302 parkings ont été enquêtés sur le territoire  (liste des villes en annexe).
 
Pour chaque parking enquêté, nos enquêteurs ont effectué deux relevés de prix distincts :

  • Le premier relevé entre le 30 mars et le 30 avril 2015,
  • Le deuxième relevé entre le 3 juillet et le 15 juillet 2015, soit après l’entrée en vigueur du dispositif prévu par la loi Hamon.

 
 
Les résultats
 
A titre de contexte, nos enquêteurs estiment majoritairement le stationnement des lieux enquêtés comme étant difficile (64%) ce qui rend l’utilisation d’un parking bien souvent incontournable.
 
Le signalement des places disponibles
Ce signalement reste très insuffisant puisqu’il ne dépasse pas 37% des parcs enquêtés, il était de 28,20% dans notre enquête de 2012. On ne peut que regretter la faiblesse de ce chiffre, s’agissant d’une information importante pour l’automobiliste.
Le signalement du nombre de places encore disponibles renseigne en pratique sur la qualité des places restantes. Lorsqu’il reste peu de places, elles sont souvent peu praticables voire inadaptées aux personnes à mobilité réduite (situées au niveau le plus bas, loin des ascenseurs …).
Non seulement chaque parking devrait afficher le nombre de places disponibles à son entrée mais cette information devrait être disponible à distance de manière souple et gratuite par exemple via internet ou une application de smartphone. L’automobiliste pourrait ainsi économiser du temps et du carburant au lieu de faire le tour des différents parkings.
 
La possibilité de récupérer sa voiture 24h/24
Dans 88% des parkings enquêtés il est possible de récupérer sa voiture 24h/24, cette souplesse doit aujourd’hui être la règle en cohérence avec nos modes de vie modernes.