CLCV Touraine | Prix des parkings
371
post-template-default,single,single-post,postid-371,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,overlapping_content,qode-theme-ver-16.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
 

Prix des parkings

Communiqué de presse
27 août 2015
 
Les parkings compensent la facturation au quart d’heure
par des forfaits horaires plus chers
 
Notre association rend publique ce jour son enquête sur les pratiques tarifaires de 302 parkings réalisée par nos militants bénévoles dans 31 départements. Si la tarification au quart d’heure est globalement bien appliquée, les professionnels ont cherché une compensation en augmentant les tranches de tarif à l’heure ou pour vingt-quatre heures. Par ailleurs, trop de parkings ne donnent pas une information claire de leurs tarifs avant de s’engager.
De nombreux parkings pratiquaient la tarification forfaitaire, quelques minutes de stationnement pouvaient alors être facturées une heure entière au consommateur. La CLCV s’était élevée en 2012 contre cette pratique, dénuée de justification, en réclamant  un stationnement facturé au plus juste.
Depuis le 1er juillet 2015, la loi Hamon prévoit qu’une facturation forfaitaire ne doit pas dépasser un quart d’heure. Nous avons donc enquêté  avant et après l’entrée en vigueur de la réforme (en avril et en juillet) afin de mesurer comment ce changement était mis en œuvre par les professionnels. Il en ressort trois principaux constats :
Un affichage des prix insuffisant. Dans 34% des cas l’automobiliste utilise un parking sans avoir eu un accès préalable (de la voie publique) aux tarifs applicables.
Une période de gratuité trop rare.  La période de gratuité n’existe pas dans 56% des cas, alors qu’au regard de l’intérêt général cette mesure parait utile dans les lieux de stationnement fréquents et de courte durée (dépose minute, regroupement de commerces de type boulangerie etc)
La facturation au quart d’heure est en partie compensée par l’augmentation des forfaits horaires. La facturation forfaitaire par 15 minutes, très largement appliquée (83 %) dès début juillet a permis de baisser le coût moyen d’un stationnement de 2h15 de 2,1% ce qui était le but de la réforme.
Notre enquête révèle néanmoins que certains professionnels ont choisi d’augmenter des tranches tarifaires non concernées par la réforme. Les hausses moyennes sont les suivantes: + 8,1% pour 1h, + 6,4% pour 2h et + 11,1% pour 24h. Avec ces hausses tarifaires, celui qui reste 2h15 dans un parking paye moins qu’avant, grâce à la tarification au quart d’heure, mais que celui qui reste 1h55  payera plus qu’avant du fait de l’augmentation des forfaits horaires.
Le consommateur doit pouvoir faire jouer pleinement la concurrence et nous demandons de rendre l’affichage obligatoire des tarifs et qu’ils soient visibles de la voie de circulation ainsi qu’à distance (site internet, smartphones, comparateurs).
 
Contact : Olivier Gayraud 01 56 54 32 31 / 06 86 77 48 17